Syndicat du Sucre
Accueil » Comprendre la filière » Une gouvernance paritaire : Le CPCS

Une gouvernance paritaire : Le CPCS

Lettre Sucre 36 - Un pari vers l'avenir

Un poste de pilotage

Coprésidé par un planteur et un industriel, le Comité Paritaire de la Canne et du Sucre ( CPCS ) est le lieu de dialogue et de construction des questions liées au développement de la filière.

Le CPCS, c’est un peu la capitainerie de la filière Canne-Sucre réunionnaise ; le lieu où se prennent les décisions stratégiques. A titre d’exemple, c’est là que sont débattues les Conventions Canne, qui définissent l’ensemble des engagements contractuels entre les planteurs et les industriels.

Cette organisation interprofessionnelle dispose de statuts
qui assurent l’équité entre les parties.

Concrètement, le CPCS est coprésidé par un planteur et par un industriel. Il compte douze membres titulaires ( et douze suppléants ) désignés pour moitié par le collège des producteurs de canne et pour l’autre moitié par celui des industriels. L’Assemblée Générale ordinaire se réunit au moins quatre fois par an, ne délibère valablement qu’en présence de la moitié au minimum des membres de chaque collège et les décisions sont prises à la majorité absolue des membres présents.

Pour leur part, les Assemblées Générales extraordinaires,qui valident notamment les modifications des statuts ou du règlement intérieur, ne délibèrent valablement qu’en présence d’au moins trois-quarts des membres. Et pour qu’une décision soit valable, elle doit être approuvée par chacun des collèges à la majorité des deux-tiers.

Dans ces conditions, arriver à un accord entre producteurs de canne et industriels n’est pas seulement souhaitable, c’est tout simplement indispensable pour la bonne marche des opérations.

Schéma des différentes instances de gouvernance dans la filière Canne-Sucre à La Réunion
La gouvernance partiaire dans la filière Canne-Sucre

Les autres instances de gouvernance de la filière : Le Centre Technique Interprofessionnel de la Canne et Du Sucre (CTICS) et les  Commissions Mixtes d’Usines (CMU)

Suivez notre actualité