Syndicat du Sucre
Accueil » Développement durable » Une filière pleine de ressources » Rien ne se perd, tout se valorise !

Rien ne se perd, tout se valorise !

La canne à sucre est une composante essentielle de l’agriculture réunionnaise.

Complémentarité avec les filières animales

Les champs de canne à sucre sont indispensables à une bonne gestion des effluents d’élevage (lisier, fumier).
Les effluents d’élevage sont un excellent fertilisant pour la canne.
Les éleveurs peuvent ainsi recycler les lisiers tandis que les planteurs limitent le recours aux intrants chimiques : une solution doublement gagnante pour l’environnement.
De plus, la paille de canne permet de couvrir une partie des besoins en fourrage et en litière de l’île.

La paille de canne

La paille de canne est avant tout essentielle dans les champs de canne car elle fournit un couvert végétal important : ainsi elle étouffe les mauvaises herbes, garde l’humidité et nourrit le sol.

Mais elle permet aussi de fournir :

  • De la litière et du fourrage : la paille de canne obtenue après séchage des feuilles de canne à sucre constitue un excellent complément pour l’alimentation et le paillage des bovins.
  • Du mulch pour les autres cultures : la paille de canne est utilisée pour couvrir le sol et elle permet de le protéger.
  • Du support carboné pour le compost : la paille de canne est utilisée en complément des effluents pour faire du compost.

Les autres coproduits

En plus d’être une plante riche en ressource, le procédé de transformation en sucre permet d’obtenir de nombreux coproduits:

melasse.pngLa mélasse, qui va servir à faire du rhum et à compléter l’alimentation animale.
La bagasse permet de produire de l’électricité (10 % de la consommation locale).
Les cendres de bagasse vont servir d’amendement pour les sols.
Les écumes de sucreries sont utilisées comme amendement pour les sols, c’est autant d’engrais chimiques évités !

Suivez notre actualité